COMPIM-LYON.FR

Le site des comparutions immédiates à Lyon et alentour
Accueil du site > Punir les pauvres > Karim ramasse un an ferme pour un vol de pack de bière
  • Article

Karim ramasse un an ferme pour un vol de pack de bière

Le lundi 7 avril 2008

Karim est originaire de Givors, plus précisemment d’« un quartier où tout le monde bagarre avec la police » dixit Karim. Il a été interpellé par les vigiles puis par la police et le supermarché a porté plainte contre lui pour la chourre…d’un pack de bière. Or, le pack de bière a été brisé par terre après la caisse du supermarché suite à une dispute entre Karim et son pote.

Alors que la police s’approche, Karim est en train d’insulter son pote et c’est une flique qui prend pour elle les insultes. Les policiers choisissent d’interpeller Karim à ce moment là : ils tirent sur lui au taser, l’électrocutent et le menottent juste après. Le taser, ça fait très mal et inévitablement Karim en vient à insulter les flics. Au commissariat ils diront que Karim leur a porté des coups de tête et des coups de pied au visage ; mais porter des coups de pied à hauteur de visage avec les mains attachées dans le dos semble impossible, comme l’expliquera l’avocat pendant le procès. C’est comme dans les séries télévisées, au commissariat il ne blesse personne quand il met des coups de pied et des coups de tête aux flics !! En plus de pointer ces incohérences, l’avocat démontera l’idée des flics qu’un coup de pied dans une chaise est une agression contre un fonctionnaire de police...

Aux comparutions immédiates, Karim passe à 15h25, il est le 4ème et le juge est moins à l’écoute des prévenus qu’avant. Pour se détendre il pose des questions sur le voyage de Karim en Hollande le mois dernier, comment il y est allé et pourquoi et comment il a fait pour se payer le trajet, et il n’y a pas que des tulipes à ramener de Hollande, etc. Lorsque Karim parle des faits et explique l’histoire compliquée qui l’a amené devant le tribunal, le juge l’écoute un peu et le coupe pour lui dire « Allez hop, on va pas passer mille ans sur les faits, pour moi c’est entendu ! Quelqu’un a des questions ? Monsieur le procureur ? Non ? Maître ? Non plus ? Très bien ».

Le procureur demande la peine plancher pour le vol et les violences contre les flics et si le tribunal n’applique pas la loi sur la récidive, le gonflement de la période du sursis / mise à l’épreuve. L’avocat de Karim pense que cette loi, votée au mois d’aout 2007, n’a pas fonction a être automatique sinon elle serait tyrannique, et il rajoute qu’il faut prendre en compte la personnalité du prévenu, que dans cette affaire les faits ne sont que des tentatives, il n’y a pas eu d’ITT [1] et que pour gérer le prévenu sur le long terme, le sursis / mise à l’épreuve semble plus adapté que la prison ferme promise par la peine plancher.

L’audience aura duré 34 minutes. Finalement la loi tyrannique est appliquée, toutes les accusations sont retenues contre Karim et il ramasse la peine plancher. Il est condamné pour le vol d’un pack de bière au supermarché, pour avoir été électrocuté par les policiers et du coup avoir résisté à son interpellation et avoir outragé des policiers et commis des violence sur certains, à 1 an de prison ferme, avec maintien en détention et à payer 100 euros d’indemnités à chacun des six policiers, plus 250 euros d’indemnités une seule fois (art 275.1).

Notes :

[1] Interruption Temporaire de Travail liée à d’éventuelles blessures

  • Mots-clés : 4 (triés par nom)
  • Givors

    Groupe : Lieu des faits - Articles : 4

  • Outrage et rébellion

    Groupe : Charge(s) - Articles : 17

  • Prison ferme

    Groupe : Délibéré - Articles : 29

  • Vol

    Groupe : Charge(s) - Articles : 12

  • Haut